Un plancher de bois récupéré donne chaleur, beauté et prestige à l’environnement; il devient partie intégrante du confort de vie et, en même temps, représente un élément de design capable d’enrichir l’espace.

Un parquet ancien est unique et irremplaçable et son installation est le résultat final dans lequel toutes les phases de traitement sont réalisées. En effet, bien que le bois soit beau et bien traité, si la pose n’est pas réalisée de manière artisanale, l’essentiel du travail effectué en amont est annulé.

L’installation est une opération qui nécessite, parallèlement à l’application de règles précises, le savoir-faire de la «créativité» chez ceux qui l’exécutent, notamment dans la combinaison de bois anciens.

Les techniques les plus courantes sont:
– pose avec clouage
– installation flottante
– pose par collage.

La plus utilisée pour les parquets anciens est l’installation flottante (ou flottante) qui, en plus d’être pratique et rapide, est également écologique, car elle n’utilise ni clous ni colles. Les planches de bois sont imbriquées ensemble, avec une combinaison homme-femme; le bois récupéré est ensuite placé sur une base en contreplaqué de bouleau (sauf dans le cas du bois massif).

Il existe également des motifs de pose, le plus souvent liés à la taille de la pièce, à sa luminosité et à son utilisation.

Le système le plus courant est la pose de coffrage irrégulier (ou pose courante), qui consiste à poser les panneaux parallèlement les uns aux autres, mais avec un décalage entre les joints de tête des panneaux individuels.

À la fin de la pose du sol, la finition est effectuée, qui peut être vernis, huile, cire. Le premier est le plus utilisé; la peinture recommandée aujourd’hui est celle à base d’eau, car elle est très résistante (elle dure 10/15 ans) et empêche les liquides de pénétrer dans le bois.

À ce stade, le parquet ancien récupéré est prêt à améliorer et à rendre tout environnement chaleureux et accueillant.